9 août 2021

Comment empêcher une personne âgée de conduire ? Nos conseils pratiques

Les seniors de plus de 65 ans représentent malheureusement un peu plus d’un quart de la mortalité routière (+26 %). 849 conducteurs de 65 ans ou plus ont été tués dans un accident de la route en 2019 selon les données de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). La conduite est, pour un grand nombre de personnes âgées, synonyme d’indépendance et le véhicule est le moyen pratique de locomotion dans lequel elles se sentent le plus en sécurité. Cependant il faut trouver une solution afin que les seniors adaptent leur conduite en fonction de leurs capacités ou d’empêcher les personnes âgées de conduire lorsque leur état de santé ne leur permet plus de le faire de façon optimale.

La majorité des personnes âgées utilisent leur voiture pour leurs courses, leurs démarches administratives ou partir en vacances. Toutefois, à partir de 70 ans, l’utilisation de la voiture diminue en raison de différents facteurs :

  • la densité de circulation dans les grandes villes,
  • les difficultés de stationnement,
  • la conduite de nuit plus difficile notamment en cas d’intempéries,
  • le prix élevé du carburant (pour les séniors aux revenus les plus modestes).
  • les nouveaux panneaux du code de la route que les conducteurs seniors ne connaissent pas,
  • les radars automatiques dont ils ne connaissent pas forcément bien le fonctionnement,
  • le sentiment d’insécurité en raison de l’agressivité des autres usagers.

En effet, avec l’âge, l’état de santé des seniors s’altère et peut inexorablement empêcher les personnes âgées de conduire :

  • baisse de la vision et altération du champ visuel,
  • altération de la perception de la luminosité et diminution de la résistance à l’éblouissement,
  • baisse de l’audition,
  • diminution des réflexes et problèmes de concentration ce qui augmente le temps de réaction,
  • des raideurs articulaires qui rendent les contrôles plus difficiles,
  • la consommation importante de médicaments dont certains sont incompatibles avec la conduite (risque de somnolence).

Il faut trouver des solutions afin d’empêcher les personnes âgées de conduire dans n’importe quelle situation et éviter que les conducteurs âgés ne deviennent un danger sur la route !

Accompagner le senior pendant un trajet en voiture : déceler les difficultés et éviter les accidents

Il n’est pas toujours facile de se rendre compte qu’un proche rencontre des problèmes dans la conduite. C’est encore moins facile de lui faire prendre conscience de ses difficultés, de lui faire adapter sa conduite ou d’empêcher la personne âgée de conduire. Autant que possible, accompagnez le senior dans ses déplacements et observez son comportement. N’hésitez pas à remettre en question sa capacité de conduite si des erreurs de conduite sont commises à répétition, ils peuvent être le signe annonciateur d’un accident plus grave. Lors de ces échanges, gardez à l’esprit de toujours veiller à rassurer la personne âgée. Et surtout, n’hésitez pas à prendre d’autres avis dans son entourage (amis, voisins, famille, gendarmes etc.) !

Tout d’abord, les conducteurs âgés doivent prendre conscience que leurs problèmes médicaux ont un impact sur leur conduite. Le plus souvent, de simples modifications dans leurs habitudes de conduite peuvent leur permettre de préserver leur autonomie et leur mobilité. Ceci afin d’éviter aux proches d’empêcher la personne âgée de conduire définitivement.

Différentes solutions sont proposées comme des stages de remise à niveau de la conduite, la rencontre avec un professionnel de santé, ou l’aménagement de son véhicule par exemple.

Prendre conscience de ses difficultés et trouver des solutions adaptées pour conduire en sécurité

Les stages de remise à niveau

Les stages de remise à niveau permettent de présenter aux conducteurs âgés, les évolutions du code de la route, de rappeler la réglementation actuelle et de faire le point sur leur conduite.

Les préfectures, les collectivités territoriales, les associations, les assureurs ou les mutuelles proposent souvent ce type de formations, sous la forme d’ateliers et certaines écoles de conduite proposent également des remises à niveau à destination des conducteurs âgés. Ces formations sont payantes.

Vérifier l’état de santé du senior

Il est indispensable pour tout conducteur âgé d’avoir une pleine conscience de ses capacités et d’effectuer un examen médical régulièrement par son médecin traitant lors d’une visite médicale. En effet, il est nécessaire d’aborder le sujet de la conduite avec les professionnels de santé lors d’un examen médical et ainsi vérifier les fonctions sensorielles (vue et ouïe), cérébrales, sensitives (mouvement, vitesse) et motrices.

À la suite de soucis de santé graves comme un AVC (Accident Vasculaire Cérébral), de l’hypertension avec risque d’AVC, des déficiences visuelles comme la cataracte ou le glaucome ou encore les maladies de Parkinson ou d’Alzheimer (voir notre article sur la prise en charge de la maladie d’Alzheimer à domicile) affectant les aptitudes du conducteur, le médecin traitant a la possibilité d’indiquer à la personne âgée concernée les risques encourus à conduire un véhicule. L’administration de certains médicaments (anti-dépresseurs, somnifères, etc.) peuvent également empêcher la personne âgée de conduire en toute sécurité (la présence d’un pictogramme sur les emballages des médicaments est le repère d’une contre-indication à la conduite).

Adapter les déplacements du senior

En ville ou à la campagne, les réseaux de transport en commun existent et permettent de faire les trajets du quotidien sans utiliser la voiture (bus, métro, tramways). Si les réseaux de transport en commun ne sont pas assez développés ou adaptés aux seniors, il existe des initiatives de navettes disponibles auprès des collectivités locales par exemple. Ces solutions sont idéales pour empêcher la personne âgée de conduire et ainsi éviter des accidents.

En milieu rural, c’est plus problématique. Les seniors se retrouvent vite en situation d’isolement. L’entraide entre voisins est une bonne solution pour y remédier. Faire appel à des services d’aide à domicile constitue également une bonne alternative grâce aux prestations de l’ADMR.

Aménager le véhicule du senior

Les conducteurs âgés ont besoin de quelques aménagements dans leur voiture. Un véhicule avec quelques équipements automobiles leur fournira une aide supplémentaire. En effet, la boite de vitesse automatique, la direction assistée, la détection d’angles morts, un pare-brise plus large sont par exemple des aides qui faciliteront la conduite des seniors. Certains véhicules sont équipés de dispositifs permettant d’alerter le conducteur en cas de baisse d’attention. Tous ces équipements permettent de se concentrer pleinement sur la route.

Empêcher une personne âgée de conduire

Comment réagir si la personne âgée ne veut pas entendre raison ?

Si le senior est un danger sur la route et que les conseils apportés ne le dissuadent pas de prendre son véhicule, vous pouvez signaler ce proche au préfet de votre département et ainsi empêcher la personne âgée de conduire.

Si le préfet juge que la personne âgée doit effectuer un contrôle, il fera appel à un médecin agréé expert en aptitude à la conduite. Ce médecin pourra proposer au conducteur, lors d’un examen médical, des aménagements permettant de prendre le volant dans de bonnes conditions de sécurité et en toute légalité.

Une fois l’avis médical émis, le préfet pourra décider de laisser le permis valide, de délivrer un permis de conduire limité (dans le temps ou avec des mentions spéciales) ou bien empêcher la personne âgée de conduire en lui retirant le permis de conduire.

Attention : Le médecin traitant ne peut pas signaler un patient au préfet du département en raison du secret professionnel. C’est la famille ou l’entourage de la personne âgée (voisins, ou forces de l’ordre) qui peut effectuer les démarches, si les conseils d’adapter sa mobilité n’ont pas été suivis.

Il s’agit là bien sûr de mesures extrêmes, mais si le senior a une conduite très dangereuse, ce geste pourrait lui sauver la vie et celle des autres usagers. Dans la mesure du possible, le mieux est de discuter, de conseiller et de justifier chacune de vos actions pour que la personne âgée comprenne que c’est avant tout pour sa sécurité et son bien-être.

Accompagnement optimal pour protéger une personne âgée : la téléassistance

Vous souhaitez empêcher la personne âgée de conduire et/ou la protéger lors de ses déplacements en voiture : il existe la téléassistance Filien ADMR qui permet d’être sécurisé 24h/24 et 7j/7 via un bip porté constamment autour du cou ou au poignet. La personne âgée peut être protégée à l’intérieur, autour de son domicile mais aussi à l’extérieur. Le principe est simple : La personne âgée appuie sur le bip. Elle est mise en relation avec un opérateur du Centre d’Ecoute Filien ADMR qui prend en charge immédiatement l’appel. Il analyse la situation. Si besoin il peut faire appel à un aidant de proximité et/ou les services de secours. Dès que la personne âgée est en totale sécurité, l’opérateur met fin à l’appel.

La téléassistance Filien ADMR propose également toute une gamme de produits spécifiques. Le détecteur de chute ou des dispositifs de domotique à installer dans le logement…

Si vous souhaitez protéger le senior autonome lors de ses déplacements extérieurs, la téléassistance mobile Filien ADMR est la solution parfaite ! En effet l’offre Filien Mobilité permet aux abonnés d’émettre un appel en cas de besoin à l’extérieur de leur domicile grâce à un badge discret qu’elles portent constamment sur elles. Le senior est alors géolocalisé ce qui permet aux aidants ou aux services de secours de porter assistance à la personne âgée où qu’elle soit !

Un centre d’écoute certifié NF Service « téléassistance au domicile », plus de 99% d’abonnés satisfaits et de multiples aides financières disponibles (crédit d’impôt de 50%, l’APA via le Conseil Départemental, les aides de la caisse de retraite etc.) sont un gage de confiance envers la téléassistance Filien !

N’hésitez plus et contactez l’un de nos conseillers pour plus d’informations !

Contactez-nous

Qui peut interdire à une personne âgée de conduire ?

Le médecin traitant évalue le senior lors d’une visite médicale sur ses capacités sensorielles, sensitives, motrices etc. Il peut lui faire comprendre qu’il est dangereux et empêcher la personne âgée de conduire à nouveau pour sa sécurité. Mais le retrait du permis de conduire revient aux autorités préfectorales qui étudieront la demande effectuée par les proches uniquement.

Peut-on se rendre compte qu’un senior a des difficultés à utiliser son véhicule ?

En effet, un proche peut accompagner le senior dans ses déplacements en voiture, ainsi il se rendra compte des difficultés rencontrées par le senior. Cela peut être une difficulté à retrouver son chemin, une attitude de stress ou des erreurs de conduite. Dans ces situations, il est important d’en parler avec le conducteur et d’envisager d’empêcher la personne âgée de conduire.

Comment dissuader une personne âgée de conduire ?

Empêcher une personne âgée de conduire, c’est renoncer à une partie de son autonomie, et lui faire comprendre qu’elle n’est plus en possession de toutes ses capacités. Il faut donc aborder le sujet avec tact, prendre le temps de discuter et de proposer des solutions comme les transports en commun ou des navettes par exemple