30 août 2021

Personne âgée qui dort beaucoup : est-ce un signe alarmant ?

Faire une bonne nuit de sommeil est primordial pour chacun d’entre nous, cela fait partie de nos fonctions vitales. Avec l’âge, sa qualité se modifie. En cause ? Le changement du rythme de vie, ainsi que l’évolution de l’état de santé et de la physiologie. Cependant, lorsqu’une personne âgée dort beaucoup, cela peut cacher un trouble ou même une maladie.

Dans notre guide, nous vous expliquons pourquoi le sommeil est différent lorsqu’on est senior, ses pathologies et comment l’améliorer. De la sieste aux longues nuits de repos, le sommeil chez les personnes âgées n’aura plus de secret pour vous !

Avec l’âge, la qualité du sommeil se modifie

Contrairement aux idées reçues, le sommeil n’est pas constant tout au long d’une vie. Passé 60 / 65 ans, il change en fonction de plusieurs critères :

  • Le rythme de vie où l’on sort progressivement de la vie active entrainant moins d’activité physique ;
  • L’environnement social (intimement lié au point précédent) avec des repères qui évoluent ;
  • L’état de santé avec, par exemple, la prise de médicaments.

Généralement, le sommeil est plus léger et il se décale plus tôt dans la nuit. Mais ce n’est pas pour autant que les seniors dorment mal. Au contraire ! Les phases plus profondes ont tendance à diminuer et les siestes dans la journée sont plus fréquentes. Ceci contribue à une bonne récupération pour le corps. Néanmoins, il faut toujours rester vigilant et la moindre alerte comme le sentiment qu’une personne dort excessivement doit être prise en compte.

Les différents troubles et maladies liés au sommeil

Parfois, le sommeil peut devenir un réel souci pour une personne âgée. De la parasomnie à la maladie d’Alzheimer, retrouvez ici les différentes pathologies et leurs symptômes associés.

Les pathologies liées au sommeil

Elles sont multiples et expliquent souvent pourquoi un senior dort trop :

  • La parasomnie : Ce terme regroupe tous les troubles constatés pendant le sommeil comme le somnambulisme, les terreurs nocturnes, les crampes dans les jambes, etc.
  • L’insomnie: Près de 10% de personnes en France en souffrent. Elle s’identifie par des difficultés d’endormissement et de nombreux réveils nocturnes.
  • La somnolence diurne: C’est un besoin non contrôlé de s’endormir la journée. Pouvant être handicapante à terme, elle peut aussi représenter un risque d’accident.
  • Le syndrome des jambes sans repos : Ce sont des mouvements inconscients des pieds et orteils pendant le sommeil. Pour éviter ce syndrome, il est conseillé de masser les jambes avant de se coucher et d’appliquer chaud et froid en alternance.
  • L’apnée du sommeil : Il s’agit d’arrêts respiratoires répétés tout au long de la nuit.
  • L’hypersomnie : C’est une augmentation considérable de la durée du sommeil s’accompagnant également de somnolence diurne.
  • La narcolepsie: Elle combine somnolence diurne et perte de tonus musculaire.

Lorsque le sommeil devient l’un des symptômes d’une maladie

Outre la maladie du sommeil provoquée par la piqûre de la mouche tsé-tsé, une autre maladie peut se cacher derrière une personne âgée qui dort beaucoup. Une étude américaine menée auprès de 2500 seniors rapporte que ceux ayant une durée de sommeil supérieure à 9 heures par nuit étaient 2 fois plus nombreux à avoir été atteints d’un syndrome du type Alzheimer au cours des 13 années suivant le test, que ceux dormant moins de 9 heures. A noter que cette observation s’est surtout remarquée auprès des seniors présentant déjà des dispositions au commencement de l’étude, comme des troubles cognitifs.

Une hypothèse explique que cet allongement du sommeil pourrait être une technique de compensation, notamment dans le cas des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. En effet, le cerveau d’un senior qui dort trop a plus de facilité à dissiper la présence des plaques amyloïdes qui s’y sont accumulées bien avant que les premiers symptômes de la maladie se déclarent.

6 astuces pour améliorer durablement la qualité de son sommeil

Lorsqu’une personne âgée dort beaucoup, peu ou est atteinte de différents troubles, il est nécessaire de mettre en place quelques bonnes pratiques pour rééquilibrer ses journées et ses nuits.

  • Avoir une activité régulière : le lever et le coucher se font à des horaires réguliers. De plus, pratiquer un sport génère de la fatigue saine.
  • S’exposer à la lumière naturelle dès que possible et profiter de l’extérieur au maximum.
  • Se relaxer avant d’aller au lit avec des massages, de la méditation, l’écoute de musique douce, etc.
  • Veiller à ce que la chambre soit réservée au sommeil avec une température adéquate (inférieure ou égale à 19°c), un lit douillet, etc.
  • Favoriser les repas légers le soir et éviter les excitants comme le thé ou le café ;
  • Si la personne est sous traitement médicamenteux ayant des effets sur le sommeil, alors consulter son médecin pour réévaluer la prescription.

Verdict : l’hypersomnie doit-elle être une source d’inquiétude ?

Comme nous l’avons dit en introduction, le sommeil est une fonction vitale pour notre organisme. Un trouble, quel qu’il soit, ne doit pas être pris à la légère.

De nombreuses causes peuvent être à l’origine d’une personne âgée qui dort beaucoup ou au contraire très peu, notamment psychologiques comme l’angoisse ou le stress. Néanmoins :

  • Une insomnie qui s’installe peut aussi être le signe de pathologies étroitement liées aux symptômes de la sénilité, ainsi qu’à des problèmes d’articulation, de diabète, d’hypertension, etc.
  • Au contraire, l’hypersomnie peut être le signe d’une apparition de troubles mnésiques. Si en effet elle s’accompagne de pertes de mémoire, il est probable que cela s’apparente à une démence, type Alzheimer.

Dans tous les cas, dès qu’une fatigue, une somnolence diurne ou tout autre problème est constaté, il faut consulter un médecin pour poser un diagnostic fiable.

Veiller sur le sommeil grâce à la téléassistance associée à la domotique

Depuis plus de 30 ans, le métier de Filien ADMR est d’accompagner les personnes âgées ou en situation de handicap dans leur vie quotidienne. Avec son service de téléassistance, elle offre une sécurité à domicile 24h/24. Pour recevoir de l’aide en cas de chute ou tout autre problème, la personne a juste à presser le bouton de son bip d’assistance qu’elle porte en pendentif ou en bracelet. Une équipe constituée de professionnels, disponibles de jour comme de nuit, répond à son appel, la rassure et fait intervenir les secours adaptés.

Avec sa solution de domotique pour seniors, appelée Filien Habitat, Filien ADMR propose à chaque aidant de veiller à distance sur leur proche à domicile. Ainsi grâce à une application sur smartphone, il est possible de vérifier, entre autres, la qualité du sommeil. Même lorsqu’une personne âgée ne fait pas part de son hypersomnie à ses proches, ces derniers sont avertis et peuvent mettre en place la prise en charge adaptée.

Pour plus d’informations sur nos solutions de téléassistance et les aides financières, n’hésitez pas à contacter nos conseillers.

Contactez-nous

Faut-il s’inquiéter d’une personne âgée qui dort beaucoup ?

En général, après 60 ans, les personnes ont tendance à moins dormir la nuit. Ce manque de repos est compensé par des siestes en journée. Le fait d’être atteint d’hypersomnie ou de somnolence diurne indique que le sommeil n’est plus efficace. Cette durée allongée peut éventuellement cacher une maladie comme une démence, type Alzheimer.

Comment mieux dormir après 60 ans ?

Une personne âgée qui dort beaucoup ou peu, peut rééquilibrer son mode de vie afin d’améliorer la qualité de son sommeil en :

  • Exerçant une activité régulière avec des sorties en extérieur ;
  • Pratiquant des exercices de relaxation ;
  • Préparant des dîners légers tout en évitant les excitants.

Par quel moyen peut-on veiller sur le sommeil d’un proche âgé ?

Grâce à des capteurs intelligents installés dans le logement, l’activité de votre proche (sommeil, hygiène, prise des repas, etc.) est suivie en toute discrétion via une application. Ainsi, même lorsqu’une personne âgée qui dort beaucoup ne fait pas part de son trouble à son entourage, ses aidants sont rapidement avertis.