27 avril 2022

Délire de persécution chez la personne âgée : qu’est-ce que c’est ?

Cela fait un moment que votre proche se plaint d’être harcelé, voire persécuté par quelqu’un de son entourage ? Peut-être qu’il souffre d’un délire de persécution chez la personne âgée. Pour tout savoir sur ce trouble, pas forcément lié à une démence d’ailleurs, nous avons créé un guide qui explique comment le reconnaitre et les solutions à mettre en œuvre pour accompagner la personne qui en souffre. Par exemple, la téléassistance contribue à accompagner le patient dans son quotidien et à rassurer ses aidants.

Définition de ce trouble psychique

Selon le DSM, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (une référence en la matière depuis plus de 60 ans), le délire de persécution chez la personne âgée fait partie des troubles délirants. Il se définit par une fausse croyance bien ancrée dans l’esprit de la personne. Néanmoins, il n’est pas à confondre avec la schizophrénie qui associe d’autres symptômes de psychose comme les hallucinations par exemple.

D’une manière générale, le patient âgé atteint d’un délire de persécution conserve un comportement normal. Cet état n’engendre aucun changement de personnalité, ni détérioration du lien social d’une manière générale.

Les différentes façons de repérer le syndrome de persécution chez un senior

Les symptômes du délire de persécution chez la personne âgée se manifestent sous des formes variées :

  • Le patient a l’impression d’être suivi constamment ;
  • Il a le sentiment de subir un harcèlement ou d’être espionné ;
  • La personne pense qu’elle est l’objet de moqueries répétées.

Malgré l’argumentation rationnelle de son entourage, tentant de rassurer la personne âgée en lui prouvant le contraire, celle-ci persiste à y croire. Nous rappelons que les hallucinations ne font pas partie des symptômes. Dans un délire de persécution, il s’agit uniquement d’un ressenti, d’une impression.

La démence parmi les causes

D’une façon générale le délire de persécution chez une personne âgée est un trouble du comportement souvent lié aux symptômes de la sénilité. Néanmoins, il peut aussi également survenir dans d’autres cas comme :

  • La prise de certains médicaments, dont il serait un effet secondaire ;
  • La présence d’une maladie psychiatrique non diagnostiquée auparavant (dépression, schizophrénie accompagnée d’hallucinations…) ;
  • La présence d’une démence comme la maladie d’Alzheimer. Dans le cas d’une démence sénile, le patient est fréquemment sujet à des troubles de la mémoire ;
  • Si les symptômes sont apparus de façon soudaine, alors il faut également penser à l’éventualité d’un délirium.

La thérapie pour lutter contre le syndrome de persécution chez un senior

Le traitement d’un trouble délirant

Dans tous les cas, il est nécessaire d’avoir l’avis d’un professionnel de santé. En cas de doute, n’hésitez pas à accompagner votre proche chez son médecin traitant pour établir un diagnostic sur sa santé mentale. S’il suspecte la présence d’une maladie associée au délire de persécution de la personne âgée, comme une démence, il invitera le patient à procéder à des examens complémentaires.

La première étape pour la personne est de reconnaître qu’elle est malade et qu’elle a besoin de soins. Une psychothérapie lui permettra de connaître l’origine de son état et de déplacer sa fixation délirante vers un objectif plus positif et constructif. Dans certaines situations, le traitement psychologique s’accompagnera d’un traitement médicamenteux avec la prescription d’antipsychotiques.

Lorsque le délire de persécution représente un danger pour le patient âgé ou son entourage, l’hospitalisation sera alors inévitable. Cette période peut entraîner une légère dépendance, il sera alors possible d’avoir recours à la mise sous curatelle de la personne âgée.

Un accompagnement au quotidien avec la téléassistance

La téléassistance senior de Filien ADMR, proposée partout en France, permet de venir en aide à toute personne victime d’une chute, d’un malaise ou d’une agression à domicile. Comment ? Grâce à un simple bip qu’elle porte autour du cou en pendentif ou au poignet en bracelet. Facile d’utilisation, une pression sur son bouton la connecte directement à notre centre d’écoute disponible 24h/24. Un professionnel répond à son appel et fait intervenir les secours adaptés.

Au-delà de cette sécurité à domicile, nos opérateurs d’écoute exercent leur métier dans la plus grande bienveillance. Ainsi, si un abonné présente d’un délire de persécution ou tout autre trouble, l’entourage proche est immédiatement prévenu et un suivi est mis en place. Très rassurant pour les aidants, notre service est un véritable gage de confiance au quotidien.

Pour en savoir plus sur nos solutions de téléassistance, contactez nos conseillers.

Contactez-nous

Quelles sont les causes d’un délire de persécution ?

Chez le patient âgée, le délire de persécution est souvent apparenté aux symptômes de la sénilité. Cependant, ce trouble du comportement peut aussi apparaître dans d’autres situations :

  • Effet secondaire d’un traitement ;
  • Une maladie psychiatrique comme une dépression ou la schizophrénie (qui peut aussi être à l’origine d’hallucinations) ;
  • Une démence (maladie d’Alzheimer…) ;
  • Un délirium.

Comment se manifeste le délire de persécution chez une personne âgée ?

Le patient qui souffre de ce trouble psychique va exprimer un mal-être en indiquant être :

  • Suivi en permanence ;
  • Harcelé ou espionné par une ou plusieurs personnes ;
  • La cible de moqueries.

Ce ressenti infondé persiste malgré une argumentation rationnelle. Les hallucinations ne font pas partie des symptômes du délire de persécution.

Quel est le traitement pour une personne souffrant d’un syndrome de persécution ?

Dans un premier temps, il est nécessaire de faire établir un diagnostic par le médecin traitant. Il procédera éventuellement à des examens plus poussés, en particulier s’il suspecte la présence d’une autre maladie comme une démence.

Le patient sera pris en charge par un psychothérapeute et pourra, si la situation le nécessite, suivre un traitement à base d’antipsychotiques.

Dans les cas les plus grave, en particulier si le patient devient dangereux, il sera hospitalisé