9 février 2022

Votre prêt à 60 ans pour investir dans l’immobilier ? Suivez le guide !

Qu’ils soient encore en activité ou à la retraite, de plus en plus de seniors contractent un prêt à 60 ans et même après. En cause ? Tout simplement l’allongement de l’espérance de vie. A l’âge où l’on parle d’une 3ème jeunesse, on pense en particulier à investir dans l’immobilier que ce soit dans une résidence secondaire, l’aménagement de son logement ou encore l’acquisition de biens dans le locatif permettant de s’assurer un patrimoine intéressant.

Pour savoir comment obtenir votre emprunt immobilier à 60 ans, nous avons réuni des conseils pratiques, notamment sur la durée, l’assurance ou encore les conditions de revenus.

Quelles sont les conditions pour emprunter à 60 ans ?

Chaque senior doit garder en tête que, même si son âge peut paraître être un frein pour une banque, sa situation présente de nombreux avantages pour prétendre à un prêt à 60 ans :

  • Plus (ou peu) de risque de chômage : son pouvoir d’achat est stable ;
  • Dans la majorité des cas, le crédit de leur résidence principale est remboursé ;
  • Ils bénéficient d’économies, ce qui constitue une assurance pour les banques ;
  • Ils sont réputés pour la gestion rigoureuse de leur argent.

Avoir des revenus suffisants et stables

En France, il n’existe pas d’âge limite pour emprunter. Pour accéder à un prêt à 60 ans, la banque va demander à l’emprunteur de prouver sa capacité de financement avec :

  • L’étude de tous les revenus du senior (pension de retraite et autres revenus complémentaires) : ceux-ci doivent être réguliers ;
  • Le calcul du taux d’endettement du crédit qui ne doit généralement pas dépasser 33%, bien que certaines banques n’hésitent plus à aller au-delà ;
  • La demande d’un apport personnel, idéalement à hauteur de 30% du crédit (soit par exemple un apport de 30 000 euros pour 100 000 euros empruntés). Celui-ci est très important car la banque vous demandera de vous en servir pour financer les frais de notaire ou les frais de l’agence immobilière.

La durée et le taux du crédit

La durée minimale d’un prêt contracté à 60 ans est la même à celle de tout autre emprunteur et est fixée à 5 ans. S’ajoute à ceci que les banques s’apprêtent généralement à ce que le crédit soit remboursé avant 75 ans. C’est à partir de cet âge que les structures d’emprunt considèrent que les personnes commencent à perdre leur autonomie et à avoir une aggravation des problèmes de santé. Compte tenu de ces 2 éléments, les seniors devront alors privilégier une durée de crédit courte comprise entre 5 et 15 ans maximum.

Le taux de l’emprunt dépend quant à lui de plusieurs critères, notamment :

  • Des revenus de l’emprunteur ;
  • De son apport personnel ;
  • De la durée du crédit.

Les banques appliquent la même pratique de taux envers les seniors qu’envers l’ensemble de leur clientèle. Il n’existe aucune discrimination liée à l’âge.

L’assurance d’un prêt à 60 ans peut faire la différence

L’une des difficultés pour les seniors souhaitant contracter un prêt à 60 ans réside dans le coût de l’assurance, obligatoire pour obtenir le crédit. Son taux a tendance à augmenter avec l’âge. Il est d’usage de contracter cette assurance auprès de la banque qui travaille étroitement avec différents organismes comme la Cardif (appartenant à la BNP Paribas) qui propose sur son site un simulateur d’assurance prêt.

Comme chaque emprunteur, le senior répondra à un questionnaire médical détaillé. L’organisme d’assurance pourra même demander à passer un examen de santé pratiqué par un professionnel agréé.

Particularité : la convention Aeras

Cette convention conclue entre les pouvoirs publics, les banques et les assureurs permet aux personnes de 70 ans et plus, présentant un risque de santé aggravé, d’accéder à un contrat pour assurer leur prêt. Dans ce cadre, le montant du crédit ne doit pas dépasser 320 000 euros. Elle prévoit également un droit à l’oubli permettant de ne pas déclarer des pathologies passées et guéries.

Les autres garanties sur le prêt financé

Lorsque l’on contracte un prêt à 60 ans, il est parfois probable de ne pas obtenir un contrat d’assurance emprunteur classique. Il est alors possible d’avoir recours à d’autres types de garanties, telles que :

  • Le nantissement: il s’agit de la mise en gage d’un placement financier. En cas de défaut de remboursement, la banque pourra saisir cette somme. A savoir que celle-ci reste bloquée tout au long de la durée du crédit.
  • Le prêt viager hypothécaire: la plupart du temps utilisé par les personnes âgées, il permet d’hypothéquer un bien immobilier et de recevoir une somme d’argent, correspondant au prêt, en contrepartie. En cas de défaut de remboursement, la banque pourra revendre le bien.
  • Le prêt hypothécaire cautionné : spécifiquement réservé aux seniors qui possèdent un bien immobilier, il est garanti par l’hypothèque et un organisme de caution.

Son crédit à 60 ans

Financer son crédit sans apport, est-ce possible ?

Bien qu’il soit possible de financer un prêt à 60 ans sans l’apport de 30% mentionné précédemment, les banques y sont souvent réticentes. L’inflation et le manque d’évolutivité de la pension de retraite des seniors en sont la cause. Néanmoins, sur des prêts à court terme (10 ans et moins), ceci peut être envisagé.

Et même s’ils ne bénéficient pas d’un apport personnel direct sur des épargnes et autres assurances vie, les seniors encore en activité détiennent peut-être un PER (Plan épargne retraite) ou PEE (Plan épargne entreprise) pouvant être utilisé comme apport auprès de la banque.

Les différents types de prêt immobilier à 60 ans

Avant de s’engager dans cette démarche, il est préférable de bien connaître les options qui s’offrent à chaque senior. En France, il existe 3 différents types de prêt financés par les banques :

  • Le prêt amortissable: il s’agit du financement le plus commun. L’emprunteur rembourse mensuellement le montant du crédit et ses intérêts.
  • Le prêt relais: réservé à des emprunteurs déjà propriétaires, ce prêt non amortissable consiste à recevoir une avance pour faire une nouvelle acquisition. Celle-ci est remboursée à la banque, pour tout ou partie, lorsque le logement initial est vendu.
  • Le prêt in fine : non amortissable, il consiste à rembourser les intérêts en plusieurs mensualités et le capital en une fois au terme du crédit.

Comparer les offres des différents établissements financiers

Pour se lancer dans un prêt à 60 ans, il est nécessaire de solliciter plusieurs banques, y compris la sienne. Il est alors conseillé de consulter différents types d’organismes :

  • Les banques nationales: elles sont au nombre de 6 aujourd’hui et ont un statut privé ou mutualiste ;
  • Les banques régionales: elles œuvrent sur un territoire donné dont le nom est généralement associé à celui de la banque (Banque de Savoie par exemple). Elles peuvent aussi dépendre de groupes nationaux mais pratiquent leurs propres politiques tarifaires ;
  • Les banques en ligne: avec la démocratisation d’Internet dans les foyers français, il devient très facile de souscrire un contrat auprès de ce type d’établissement et de suivre ses comptes à distance. En réalité, elles appartiennent souvent à des banques nationales mais pratiquent des tarifs très compétitifs grâce à des charges réduites ;
  • Les organismes de crédit: il s’agit d’établissements spécifiquement dédiés au financement de projets immobiliers et autres. Bien souvent, ils financent des crédits à la consommation.

Recourir à un courtier ? Et pourquoi pas !

Le courtage est un métier qui prend de l’ampleur ces dernières années. Même si les taux d’intérêt sont bas, c’est avantageux de recourir à un courtier lorsque l’on contracte un prêt à 60 ans :

  • Il fait gagner du temps car le senior lui délègue le démarchage des différentes banques et la constitution du dossier de crédit ;
  • Il est de bon conseil et entretient bien souvent de bons rapports avec les établissements bancaires car il est un apporteur d’affaires ;
  • Si l’assurance proposée par la banque n’est pas avantageuse, il peut alors négocier le contrat de l’emprunteur auprès d’un autre assureur. C’est tout à fait possible de ne pas prendre l’assurance proposée par la banque !

En général, en fonction de la complexité du dossier, sa commission oscille entre 1 et 2% du montant emprunté.

Rester chez soi en toute sécurité avec à la téléassistance Filien ADMR

Vous avez enfin réalisé votre projet immobilier grâce au prêt contracté à vos 60 ans ? Pour pouvoir profiter de votre logement le plus longtemps possible, pensez aux solutions d’assistance 24h/24 proposée par Filien ADMR, le spécialiste de la téléassistance pour personnes âgées.

Filien Mobilité, la dernière génération de téléassistance mobile, sécurise les seniors dans leurs déplacements quotidiens. Il leur suffit d’emporter partout avec eux un badge léger et discret, à glisser dans un sac ou dans une poche. Lors d’une chute, d’un malaise ou d’une agression, une simple pression sur le bouton d’alerte permet de déclencher l’intervention des secours, grâce à un centre d’écoute disponible de jour comme de nuit.

Pour plus d’information sur les solutions à domicile, mobiles ou domotiques de Filien ADMR, contactez ses conseillers.

Contactez-nous

Comment contracter un prêt à 60 ans ?

Tout simplement comme tout autre client d’une banque ! Il s’agit de réunir un certain nombre de critères comme des revenus réguliers et pérennes (pension de retraite, revenus complémentaires…) et un apport personnel de 30% idéalement. Il est d’ailleurs conseillé de recourir à un crédit de courte durée, ce qui aura tendance à rassurer les banques et à bénéficier d’un taux d’intérêt intéressant.

Quelle assurance emprunteur souscrire lorsque l’on est senior ?

C’est justement l’assurance du crédit qui pourrait éventuellement être un frein pour une banque, par rapport à un autre client plus jeune. Lorsque vous souhaitez souscrire à un prêt à 60 ans et plus, votre état de santé est scruté en détails via un questionnaire et parfois même un examen médical. Fort heureusement, la convention Aeras permet aux personnes âgées de 70 ans et plus de contracter une assurance même si un contrat classique n’a pas pu être conclu.

A quel taux emprunter lorsque l’on est à la retraite ?

Les banques ne pratiquent aucune discrimination liée à l’âge. Si vous souhaitez contracter un prêt à 60 ans et plus, son taux d’intérêt dépendra de :

  • Vos revenus ;
  • Votre apport personnel ;
  • La durée d’emprunt.

Les taux d’intérêt sont actuellement bas, c’est donc sur le taux de l’assurance que la négociation se joue. N’hésitez pas à faire appel à un courtier qui démarchera les banques et négociera pour vous le meilleur crédit !