Aidant attitude quelle attitude adopter face à l’aidé ?

Parfois, on n’a pas le choix : il faut s’occuper d’une personne de son entourage qui en a besoin, à la suite d’une maladie, d’un accident ou de l’avancée dans l’âge. Mais être proche aidant s’avère parfois difficile, d’autant plus lorsqu’on est seul dans cette mission. Comment savoir si on adopte la bonne attitude face à l’aidé ? Ce guide vous propose quelques conseils pour vous aider à adapter votre attitude en tant qu’aidant. Nous vous orientons également vers l’association Attitude aidant.

Notre guide sur l'aide aux aidants

Quel est le rôle d’un proche aidant ?

Un proche aidant est quelqu’un qui apporte une aide et un soutien à une personne dépendante ou en perte d’autonomie (physique et/ou mentale). Le but est simple : faire en sorte que la personne en question puisse effectuer les actes de sa vie courante (se nourrir, se laver, se déplacer le cas échéant, etc.).

Un aidant est aussi là pour veiller et assurer la sécurité d’une personne qui en a besoin (à cause de son handicap, d’une maladie ou de son âge). Il fait bien souvent partie de l’entourage proche de l’individu dépendant. Il est possible qu’il soit désigné par ce dernier, notamment s’il s’agit d’un ami ou d’un voisin. On parle dans ce cas d’aidant familial.

Si le rôle et l’importance d’un proche aidant sont clairs, la réalité est plus complexe. Car, dans les faits, un quart des aidants français interviennent seuls dans leur mission (selon une enquête réalisée en 2020 par l’IPSOS et La Macif). Dans ces conditions, il est souvent difficile pour un aidant de savoir quelle attitude adopter face à la personne dépendante.

Aidant : quelle attitude adopter face à l’aidé ?

Pour une personne dépendante, l’attitude de l’aidant est importante, voire décisive. Plus que n’importe qui d’autre, elle a besoin d’une certaine stabilité et d’être dans un environnement familier (que ce soit à son domicile ou dans un endroit médicalisé). Son rythme de vie, ses habitudes et ses activités doivent être respectés autant que possible.

Pour vous aider à adopter la bonne attitude en tant qu’aidant, nous vous partageons 3 conseils-clés.

  • 1 – Bien communiquer avec la personne dépendante

Une personne dépendante a besoin d’entretenir des rapports sociaux et de recevoir et donner de l’affection (même si elle peut donner l’impression de se désintéresser de son entourage, notamment à cause de sa condition).

Pour cela, nous vous invitons à :

  • Rassurer : cela implique d’être disponible et patient, de se placer face à la personne et de la regarder dans les yeux, en l’appelant régulièrement par son prénom.
  • Aider : cela signifie qu’il faut s’assurer que la personne dispose de tout ce dont elle a besoin (par exemple, veillez à ce qu’elle porte bien ses lunettes, ses prothèses auditives).
  • Éviter de la contrarier : cela implique d’accepter autant que possible les choix de la personne (à condition qu’ils ne la mettent pas en danger) et d’acquiescer pour lui faire plaisir.
  • Respecter : cela signifie qu’il faut considérer la personne comme un adulte, l’impliquer dans les décisions, sans l’infantiliser ou parler d’elle comme si elle n’était pas présente.
  • 2 – Faciliter l’autonomie de l’aidé

Pour retarder l’avancée de la dépendance ou de la maladie (notamment dans le cas de maladies mentales, comme l’Alzheimer) tout en diminuant les troubles du comportement (repli sur soi, anxiété, dépression, etc.), l’autonomie de la personne doit être encouragée autant que possible. Autrement dit, la vie de l’aidé doit rester active et heureuse, avec un entourage rassurant et bienveillant.

Pour cela, vous pouvez :

  • Encourager la vie sociale : cela permet de soutenir l’individu, mais aussi l’aidant lui-même, via des contacts réguliers avec la famille, les amis, ainsi que des structures associatives si nécessaire.
  • Faire des activités : cela peut prendre différentes formes selon les envies et la condition de la personne dépendante. De la promenade à la musique, en passant par la gymnastique douce et la présence d’animaux domestiques, les activités peuvent s’avérer salvatrices.
  • 3 – Se préserver en tant qu’aidant

En pensant avant tout à la personne dépendante, il est facile de s’oublier en tant qu’aidant. C’est fort dommage ! Car, pour pouvoir aider efficacement, il faut aussi savoir se préserver et prendre soin de soi.

Pour cela, nous vous conseillons de :

  • Solliciter son entourage : cela signifie qu’il ne faut pas hésiter à faire appel à la famille et aux amis de l’aidé lorsque c’est nécessaire (afin de souffler et de prendre du temps pour soi par exemple).
  • Faire appel à des aidants professionnels : cela implique de savoir identifier lorsque son champ de compétences est insuffisant pour aider efficacement une personne dans le besoin. Il faut alors se faire aider par des professionnels du métier.
  • L’inviter à souscrire à un service de téléassistance : il permet à l’aidé de lancer une alerte en cas de problème (chute, malaise, agression…) et d’être secouru à n’importe quel moment du jour ou de la nuit. C’est une solution qui rassure les aidants.
Logo Aidant Attitude

Aidant attitude une association qui vous aide à adopter la bonne attitude

Aidant attitude, c’est une association qui porte bien son nom. Elle est là pour fournir des informations utiles aux proches aidants. Ces informations concernent notamment :

Retrouvez toutes ces informations directement sur le site web de l’association Aidant attitude : https://aidantattitude.fr/

Les dépliants FILIEN ADMR

Afin de présenter les services de téléassistance Filien ADMR à vos proches vous pouvez télécharger et imprimer les versions PDF ou recevoir les dépliants chez vous en version papier

A télécharger